L’APC face à son destin.

Le Forum Forums I – Vie du club Réunions & actualités du club L’APC face à son destin.

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #1799
      André NIHOUARN
      Modérateur

      Le déconfinement de l’APC est affaire de tous. J’ai, en toute modestie, quelques idées à proposer. .

      Dans quelles conditions de sécurité sanitaire personnelle et communautaire pourra-t-on utiliser les salles communales de Lennon et Saint Segal ? Personnellement, je donnerais la préférence à toute forme de protection sanitaire individuelle, masques, visières, gants, charlottes, surblouses, surchaussures et gel hydro-alcoolique, car je refuserai la douche collective obligatoire, faut tenir compte des leçons de l’Histoire. Donc oui, l’individualité, définitivement l’individualité.

      Quel critère utilisera-t on pour ne pas dépasser le quota de 10 clubistes par réunion ? Personnellement je trouve que le critère de l’ancienneté à L’APC serait acceptable, car l’âge, l’ordre alphabétique, la détention d’une boite à lumières, le poids, l’opulence capillaire, le fait d’habiter le Morbihan, la maîtrise du Breton, le sexe féminin, la détention du chéquier commun, la connaissance de la flore, la double nationalité Canon-Nikon, la compétence informatique ou le grade au sein de l’APC ne me paraissent pas des critères sanitairement objectifs. Donc oui, l’ancienneté, définitivement l’ancienneté.

      L’inscription récente ou semi-récente, et éventuellement l’excès de talent étant retenus comme critères d’exclusion, comment en aviser dignement les clubistes concernés sans les froisser ? Personnellement, je trouve que le mail anonyme aurait toute sa légitimité car, objectivement moral et sanitairement masqué, il a toute sa place dans l’arsenal de la délation offert aux Apécistes, lesquels, par ce biais, pourraient cafarder gaillardement et s’imposer en toute impunité et légitimité dans le quota imposé. Donc oui le mouchardage, définitivement le mouchardage.

      Les personnes dites « âgées », enfin, les personnes désignées « fragiles », et par conséquent ces personne sous-entendues « nuisibles » devront-elles porter en plus du masque sur le visage, une clochette au chapeau, ou pire ? Personnellement je trouve cela salutaire, car dans un club, il est nécessaire de pouvoir identifier les adhérents « fragiles », et notamment ceux ayant « échappé » à la mesure précédente, afin de, en cas de quota atteint, pouvoir les exclure de façon amicale, coercitive et prophylactique. Donc, oui, les accessoires, définitivement les accessoires.

      En raison d’une distanciation insuffisante, la photo macro sera-t-elle interdite ? Personnellement je trouverais cela dommageable, car, outre l’absence de pangolin dans mon jardin, c’est le domaine où je peux affirmer tout mon talent avec simplicité, dès lors, priver l’APC de ce savoir-faire pourrait le réduire au rang d’atelier-photo avec expo de photos sous plastique, proposées à 2 euros pièce, mais sanitairement satisfaisant. Donc oui, la macro, définitivement la macro.

      L’auteur d’une photo avec des pétouilles sera-t-il moqué ou désinfecté ? Personnellement je trouve la deuxième solution plus humaine, car pour garder un bon esprit à l’APC, une désinfection au Sauvignon me semble le geste le plus approprié, mais avec un petit persiflage à la clé, cela va de soi, car il faut savoir garder les bonnes manières et se foutre de la gueule d’un pétouilleur est dans la spiritualité du groupe. Donc oui, la taquinerie, définitivement la taquinerie.

      Le masque est-il obligatoire pour les membres de l’APC en sortie dominicale ? Personnellement je pense que cela est essentiel car le manque de bronzage dans la moitié inférieure du visage et le décollement des oreilles permettraient d’individualiser rapidement les clubistes zélés des fainéants crasse, les premiers pouvant bénéficier d’une réduction de la cotisation à la « tête du client ». Donc oui, le masque, définitivement le masque.

      Masque ou visière, quelle solution pour les photographes de l’APC ? Personnellement je trouve le masque plus approprié, car outre que le fait de voir débouler dans les rues de Quimper une bande de créatures avec réflex en bandoulière, sac à dos et visières pourraient évoquer une bande de cyborgs et provoquer la panique, le port de visière n’est guère pratique pour la photographie de concert ou la macro, ce qui en limite l’usage. Donc oui le masque, définitivement le masque.

      Quand Eric parlera de la profondeur de champ (PdC = 2NcD²)/ f², pourra-t-on continuer de s’écrier « j’comprends que dalle, c’est du chinetoque » ? Personnellement je pense que cette attitude est irrévérencieuse, d’abord envers Eric, qui est assez susceptible sur la PdC, et aussi envers le chinois dans son ensemble, et j’estimerais courtois de remplacer cette citation vulgaire, voire raciste, par celle que j’employais régulièrement dans mon enfance « j’comprends que dalle, c’est du p’ti Nêg’», qui est beaucoup plus tolérante, sanitairement parlant. Donc oui, le respect, définitivement le respect.

      Les possesseurs d’objectifs chinois samyang pourront-ils les apporter lors des sorties du club ? Personnellement, les sorties se faisant à l’air libre, je pense qu’un séjour de 2 heures dans un bain de gel hydro-alcoolique la veille, suivi d’un chauffage de 5 minutes au bec Bunsen le matin de la sortie devraient enlever à ces bouses toute leur potentielle virulence, mais je conseillerais l’utilisation de ces objectifs de façon confidentielle, à la plage ou en forêt, distanciation oblige. Donc oui, de la prudence, définitivement de la prudence.

      Voila. Si vous avez d’autres suggestions, n’hésitez pas, c’est pour la prospérité de l’APC, définitivement la prospérité.

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.