Photographe à L’Arrée ….

Le Forum Forums I – Vie du club Réunions & actualités du club Photographe à L’Arrée ….

Vous lisez 1 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #1650
      André NIHOUARN
      Modérateur

      Un photographe animalier est venu nous rendre visite.

      Un photographe animalier qui va un peu à l’encontre de l’image qu’on s’en fait désormais : ce photographe moderne, muni d’un caillou de compèt’, passant trente secondes à faire 200 photos en rafales mais trente heures à corriger ses photos sur Lightroom puis Photoshop, puis un pt’tit coup de DxO pour le bruit et puis Machinflow pour le ciel drama. Mais c’est pas le genre de la maison.

      Lui, il vit dans son milieu de photographie. En solitaire. Et il ouvre les yeux, avec ce regard curieux, pétillant, tendre, scrutateur, critique, pénétrant de ceux qui savent regarder. Il est récompensé quand , petit moment de bonheur, le renardeau échange un regard complice, et le rapace, petit moment d’humilité, un regard froid, et la laie, petit moment de frayeur, un regard menaçant. Mais si le son de son Canon n’a rien d’agressif, il sait que sa seule présence peut déranger. Alors, un peu d’organisation.

      Il sait se lever avant l’aube. Se munir de palettes et du filet de camouflage, de polaires pour le bruit de déclencheur, d’un sandwich pour le bruit des boyaux, et d’une bouteille de verre pour …. . Il prépare sa planque en fonction du vent, de l’angle de vision, des habitudes de l’animal, de ses repères, et de l’arrière-plan. Il choisit une branche, la plus jolie, avec de la mousse, pour le bel oiseau. Il prend son temps à confectionner un écrin de genets pour la fleur. Il choisit pour l’escargot la meilleure position, pas pour l’araignée, ben non, elle est bien comme ça, même de dos.

      Question technique, priorité AV… Surprenant pour un animalier. On peut comprendre pour l’escargot de Quimper, par expérience, quoique de mon point de vue, mais bon, passons…, ou l’araignée frelon, et les papillons qui roupillent encore et les coccinelles qui sont engourdies par le froid, mais pour les oiseaux …… . Et pourtant ….. .

      Et puis si la photo n’est pas bonne, poubelle. Parce que le workflow, c’est pas trop son fort. L’expo un peu, le netteté, des fois, mais le recadrage non, il ne recadre pas la photo, il  » recadre  » l’entrée de la grange pour la chouette.

      Ah monsieur, vous esquissâtes un sourire quand un admirateur vous glissa à l’oreille « C ‘est sympa votre truc-là, je vais m’y mettre le week-end. J’ai un Nikon avec un bazooka de baroudeur, et un SUV (Sub Urban Vantardelos), qui craint les ralentisseurs, mais ni les côtes ni les cailloux, et pis tout le matos ira dedans, et mon ordi, et ma boite à lumières…. et comme ça, je serais rentré pour 18 heures, parce que le dimanche soir, nous on va au resto. Tiens un salmis de pigeon aux cèpes ou un cuissot de chevreuil façon grand veneur, ça cale le photographe, et pis c’est un peu continuer de vénérer dame Nature quoi ». Ben tiens … .

      Désormais, en allant dans le Monts D’Arrée, je marcherai dans la boue du chemin, pas sur le côté, pour ne pas écraser la fleur dont j’ai oublié le nom.

      Merci mon ami, et revenez quand vous voulez …..

      Voyez, le sujet m’intéresse …….

    • #1651
      Dominique MERRIEN
      Participant

      Un bien bel hommage que tu rends à son talent , mon cher André.

      Et c’est vrai qu’il en a,  nul ne peut en douter.

      On sent le passionné tout d’abord ainsi que l’humilité et le respect que tout être humain devrai avoir envers mère nature.

      Oui…à défaut de conseils poussés en technique photo, nous aurons eu de belles histoires de rencontres peu banales dans cette nature sauvage Bretonne.

      Franchement c’était une bien belle soirée et avec la galette en plus!!!

       

Vous lisez 1 fil de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.